Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Absurdoscopie générale

  • A la Une

    "Une touriste anglaise tente de regagner à la nage un paquebot parti sans elle"

     

    "Le père force ses enfants à manger des légumes : la mère porte plainte"

     

    "Nantes : la police retrouve les voleurs de paella en suivant les grains de riz"

     

    "'Saute on n'a pas que ça à faire', crient deux automobilistes à un homme qui hésite à se suicider en sautant d'un pont"

     

    "Il conduisait nu pour ne pas froisser son pantalon"

     

    "Ivre, il fait demi-tour et demande à quelle vitesse il a été flashé"

     

    "Beauvais : malgré la menace terroriste, la fête aux carottes est maintenue"

     

    ...

    Source

     

  • L'absurdité du monde

    Si Monsieur Davis n’avait pas été présent dans cette pièce, le jeune homme serait déjà mort à cette heure. Peut-être qu’un autre l’aurait remplacé. L’ange Damiel était sans doute parmi les douze jurés à cet instant, c’est ce qui a pu sauver le petit de la peine de mort mais il n’a pas pu éviter le suicide de Diane. Damiel, Djibril et Gabriel : quelles différences ? Ne voient-ils pas les hommes découdre et coudre leurs histoires ? En découdre, tisser sans fin l’Histoire qui se drape, tout comme eux, du vêtement d’Arlequin ? Dans ciel, près d’un avion en feu, les yeux perçants des oiseaux aux ailes incandescentes font chuter les anges, sans doute aspirés par leurs désirs terrestres. D’absurdes grenouilles bigarrées, engluées sur le sol les retrouvent en haut des montagnes, comme Sisyphe et Icare, le long de trajectoires toutes chaotiques, fébrilement reliées par un fil d’Ariane s’efforçant de donner un sens à jamais envolé dans le tourbillon du monde que Thot voulu rattraper de ses mains. Les costumes sont déchirés. Silencio.

    Le monde est-il vraiment absurde ? Sisyphe est-il heureux ? Même s’il venait à rencontrer Ariane, lui livrerait-elle le sens caché du fil alors qu’elle est encore en train de tricoter et détricoter le costume ? Une certitude : Sisyphe n’est pas seul et la responsabilité du l’absurdité du monde est collective. Entrer dans l’histoire humaine, est-ce nécessairement descendre, chuter, se tromper, souffrir, rater sa cible à tous les coups ? Est-ce enfiler le costume d’arlequin ? Le gourou du Vrai existe-t-il? La Vérité est-elle vraiment un pays sans chemin ? Après avoir fait l’amer constat que les enfants sont les victimes naïves de chasseurs, Ms. Cooper résuma ainsi : « Lorsqu’on est jeune on a plus d’endurance que Dieu nous en accorde en grandissant. Les enfants sont plus courageux que nous, ils acceptent tout, ils endurent tout. 

    Alice est persévérante. L’étrangeté du monde qu’elle croise se manifeste par son impossibilité de le rencontrer. C’est comme si ses habitants marchaient à côté d’elle. La rencontre ne peut se faire que sur des malentendus. C’est peut-être pourquoi toujours roule la pierre, maman coud et papa pique. C’est peut-être aussi pour cela que l’habit ne fait pas le moine et que le prêcheur fait illusion. La vie qui se confond avec le rêve, c’est la mort dans l’âme. La vraie communication est doute une présence silencieuse au monde. Le zénith se lève en même temps que l’aurore, dans le silence.

    Comme dirait Gustave, "Les mythes font des trous dans l'histoire", et moi je rajoute les livres, les films et les citations aussi. Les trouverez-vous?